Bernard CASSOU

Médecin de santé publique & Gériatre

Bernard est Professeur honoraire de Santé Publique (Université de Versailles) et ancien praticien hospitalier en gériatrie à l’hôpital Sainte Périne (Assistance publique-Hôpitaux de Paris). Pour lui, il est important de modifier la représentation que les gens se font du vieillissement et de les inciter à s'appuyer sur leurs propres ressources physiques, psychologiques et sociales afin de vivre une retraite heureuse et en bonne santé.

Qu’est-ce que le « Bien vieillir pour Bernard Cassou ?

« Le terme « bien vieillir » peut conduire à différentes interprétations. Pour certains, il peut signifier ne plus vieillir. C’est la promesse du transhumanisme. Je crains que cela ne conduise à rien, sinon à dépenser inutilement de l’argent. La deuxième signification est de vieillir sans déficience, sans handicap ou maladie, par des mesures préventives. Cela n’a pas beaucoup de sens, quand certains d’entre nous naissent ou vivent avec ce type de difficultés toute leur vie. Pour moi, l’idée de « bien vieillir » est de réaliser ses aspirations, quelles que soient ses déficiences éventuelles ou ses maladies. Faire avec, plutôt que de tenter de les faire disparaître. »

Une approche globale de la santé entre retraite et sexualité

Une approche développée au cours de séminaires et de conférences « bien vieillir », « réussir sa retraite », mais aussi sur la sexualité.

Au moment de la retraite, l’objectif est d’ouvrir tous les possibles. Il n’y a pas de fatalité à devoir s’enfermer dans des activités traditionnellement dévolues aux retraités. Un séminaire, qui dure toute une journée, permet de développer plusieurs thèmes. Il s’agit d’abord, de combattre les préjugés, comme par exemple l’idée que le vieillissement ne peut entraîner que l’incapacité car le physique ne suit plus comme avant, et qu’il nous manquerait donc quelque chose…

Il faut aussi évaluer la balance « bénéfice/risque » : « bougez-vous » ne veut pas dire la même chose selon les âges. Avant de décider d’une activité physique, il faut réfléchir aux besoins de son organisme.

Manger équilibré est un slogan marketing. Il faut découvrir soi-même ses besoins. Par ailleurs, il faut sortir de la vision médicale dominante et de la focalisation sur le cholestérol ou l’hypertension artérielle. Il importe de s’intéresser aux organes qui vont avoir un impact sur la qualité de vie : la vision, la dentition, les pieds, etc. Il faut élargir sa vision du corps ou de la maladie.

Enfin, il faut se convaincre que son corps fonctionne et qu’on peut atteindre son objectif, avec de l’énergie. Il faut développer l’énergie vitale, et développer les expériences sensorielles. Il faut jouir de la vision, de l’audition, de l’olfaction, du goût et du toucher. La sexualité aussi est importante pour la santé.

Son objectif

« Notre but est d’aider les participants à discerner ce qui est bon pour eux, de ce qui est néfaste, à y voir plus clair en matière de santé alors même qu’ils sont « bombardés » d’injonctions par le lobby biomédical, et finalement à les aider à développer leurs marges de manœuvre, là où ils se pensaient limités. »

« J’avais entendu parler de l’IRPS et du professeur de santé publique Bernard Cassou. Je l’ai fait venir une première fois en juin 2018 pour une conférence sur le thème « Prendre soin de sa santé », dans le cadre des rencontres sur la protection sociale des mutuelles du groupe VYV à Vichy. Au fil de son intervention, il avait évoqué la question de la sexualité, sujet encore trop souvent tabou chez les seniors. »

Traité avec humour et intelligence, le sujet reste dans les « têtes ». Il revient en mémoire lorsque la section, quelques mois plus tard, souhaite créer un événement pour attirer les nouveaux adhérents et faire ainsi connaître le club santé seniors. « On a rappelé l’IRPS pour organiser une conférence de Bernard Cassou sur ce sujet, à Montluçon (03). On ne savait pas comment le sujet allait être reçu de la part d’un public majoritairement composé de femmes seules. ». Pourtant, la salle est vite remplie : 84 personnes assistent à cette conférence intitulée « La retraite, l’amour en plus » sous-titrée « Vie affective et sexuelle après 60 ans ».

Fabienne Dumas-Diat
Enseignante et déléguée MGEN

Les thèmes dans lesquels ce formateur peut intervenir

Restez informé
Et inscrivez-vous à notre newsletter

Vous souhaitez organiser une action de prévention ?

Qu’elle soit définie ou sur-mesure, les équipes de l’IRPS sont à votre écoute pour répondre à votre problématique.

Contactez-nous